Source: imatin.net | Photos: DR Source: imatin.net | Photos: DR

Renouvellement parc auto/Touré Adama (Syndicat Transporteurs) : Sans avoir touché un volant, on donne des permis de conduire en CI, voilà le vrai problème, pas l’âge des véhicules

Publié dans Fais Divers 01 mars 2018
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Depuis quelques années, la Côte d’Ivoire s’attèle par petites touches à  renouveler le parc automobile national. Une mesure qui n’est pas du goût de tous. Au nombre de ces détracteurs, Touré Adama, le président de la Coordination nationale des gares routières de Côte d'Ivoire (C.N.G.R-CI). Il était le 14 février dernier l’invité d’ « Instant vérité », l’interview choc de Matin Bonheur, l’émission matinale de la télévision nationale ivoirienne. Sans langue de bois, le syndicaliste qui se revendique porte-voix d’une grande partie des conducteurs et propriétaires de véhicules de CI dénonce ce qui pour lui est une tare : la complicité coupable de l’Etat à la mort de ses fils.

 Répondant à une question de Gabrielle Zani (journaliste) relativement à la nécessité et à l’opportunité du renouvellement du parc automobile ivoirien, Touré Adama estime que si effectivement la mesure vise à protéger la vie des populations, l’Etat s’y prend mal. « Une épave ne peut pas être une insécurité lorsqu’elle est stationnée. C’est parce qu’un individu est au volant du véhicule et qu’il le déplace qu’il endeuille les familles. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs », explique-t-il. Poursuivant, Touré Adama indexe les pouvoirs publics, seuls responsable du commerce du précieux titre de transport: « ... l’Etat vend des permis de conduire aux gens et on vient nous faire porter le chapeau parce que nos véhicules sont vieux. Parce qu’on est pauvre, on veut nous clouer au pilori. Simplement parce qu’on est pauvre. Ça c’est un véritable problème ! (...) L’Etat ne veut pas reconnaitre sa responsabilité. Les permis de conduire sont vendus en Côte d’Ivoire. Sans avoir touché un volant, on donne des permis de conduire en Côte d’Ivoire et après on vient se plaindre pour nous dire que c’est nos véhicules qui sont en épave. Un véhicule vieux peut être conduit décemment ». Pour le président d’association, les dirigeants au risque de faillir à leurs missions se doivent d’être plus regardants sur la formation des futurs conducteurs et mettre les moyens nécessaires à disposition des formateurs. « Le rôle de l’Etat c’est de former les moniteurs d’auto-école et avoir des véhicules pour apprendre aux gens à conduire. Ça c’est le premier rôle de l’Etat. Avant de donner un diplôme à un individu, il faut être sûr qu’il a concouru légalement et avec les règles de l’art. On ne donne pas un permis de conduire à quelqu’un et lui demander ensuite d’aller apprendre à conduire », a-t-il conclu. Le syndicaliste dénonce également la mise à l’écart des transporteurs qu’il représente des discussions ayant précédé la décision de renouvellement du parc automobile ivoirien, notamment concernant les véhicules servant au transport de biens et de personnes.

 

Lu 150 fois
  • Tous_les_Sport.png

Image à la Une

Suivez nous sur facebook

La Pub

  • cal-2018.jpg
  • magasins-france-collaboration-jordan-levis-4-copie.jpg
  • maxime-v.JPG

Newsletter

Inscrivez vous à notre newsletter pour ne perdre aucune information.

Nos Partenaires

Flickr Photos